20141008 Arnaud UMPComme n’importe quel citoyen, il pensait pouvoir prendre sa carte à l’UMP et voter pour désigner en novembre prochain le nouveau président du parti. Mais lorsqu’on s’appelle Arnaud de Courson, les choses ne sont pas si simples.

Un statut de dissident

L’adhésion du conseiller général DVD de Levallois qui était également candidat aux dernières municipales face au sortant et UMP Patrick Balkany, est aujourd’hui suspendue. « Je me suis inscrit par Internet le 27 juin dernier et le 28 août je recevais une lettre me disant que mon adhésion ne respectait pas les procédures », sourit l’intéressé qui aurait dû aller s’inscrire à la permanence UMP de Levallois qui est également celle de… Patrick Balkany ! Pour défendre sa cause, Arnaud de Courson est passé devant la commission des recours du parti le 18 septembre. En vain puisque les membres de cette instance ont « botté en touche » en revoyant la décision au bureau départemental, présidé par Roger Karoutchi. « Cela signifie que si on ne soutient pas la politique du maire de Levallois on n’a pas sa place à l’UMP », souffle le conseiller municipal d’opposition qui ne renie pas son statut de dissident. Mais seulement à Levallois. Puisque au conseil général, il s’inscrit dans la politique de la majorité départementale. « Je soutiens Patrick Devedjian et à ce titre je devrais avoir le soutien de la droite départementale », estime celui qui a en tête les prochaines échéances électorales. Arnaud de Courson est évidemment candidat à sa succession sur le canton de Levallois et se retrouvera face à une liste UMP menée par l’autre conseillère générale de la ville, Sylvie Ramond. « Je n’ai pas besoin de l’UMP pour vivre mais je pensais que le parti avait besoin de figures nouvelles », conclut-il.