Patrick et Isabelle Balkany seront jugés à Paris du 13 mai au 20 juin. Pendant 6 semaines, et avec plus de vingt audiences, la 32ème chambre du tribunal correctionnel de Paris va juger « les époux Balkany » comme le dit souvent la presse. Car il s’agit bien de Monsieur et Madame Balkany qui sont mis en cause pour blanchiment de fraude fiscale aggravée ! Pas le Maire de Levallois et sa première adjointe en leur qualité d’élus.

Néanmoins, il est possible qu’en remontant la piste de ces sommes non déclarées aux impôts, les magistrats en viennent à s’interroger sur la provenance de fonds estimés à plus de dix millions d’euros. Dans cette hypothèse, il pourrait être question de corruption. L’histoire n’est pas nouvelle : nous l’avions dénoncée il y a plus de trois ans dans notre Tribune « Joyeux Noël avec la Semarelp ». Elle avait été censurée illégalement par le Maire et, après une longue procédure, la justice administrative nous a donné raison. C’est pourquoi vous allez enfin pouvoir la lire dans le présent numéro d’Infos Levallois. En substance, la ville aurait renoncé à réclamer plus de 15 millions suite à la défaillance du cheik Al Jaber dans le projet des tours. Et cela sans qu’il y ait eu la moindre contrepartie ? Aucune pour la ville, c’est certain. Pour quelques personnes… ? ce sera à la justice de le déterminer. Toujours est-il que, dès cette époque-là, nous demandions que la ville puisse se porter partie civile pour récupérer ces sommes indument soustraites aux Levalloisiens.

Ainsi, dans le cas où ces faits supposés de corruption viendraient à être analysés par les magistrats, il nous semble à nouveau nécessaire que la ville puisse se porter partie civile devant le tribunal correctionnel. Naturellement, la présomption d’innocence demeure pour chaque justiciable. Toutefois, le sens des responsabilités devrait conduire Patrick Balkany à se démettre de son mandat pour au moins deux raisons. D’une part, pour l’image de notre ville, il est préférable que Patrick Balkany se présente comme simple citoyen et n’instrumentalise pas de confusion entre son mandat de maire et son procès. D’autre part, pour aller au bout des investigations et lever définitivement toute suspicion, il convient que la ville puisse se porter partie civile pour récupérer les sommes qui lui auraient été soustraites en raison d’un possible pacte de corruption ; et pour cela, il est également préférable que Patrick Balkany se démette de sa fonction de maire le temps du procès, quitte à rester simple conseiller municipal.

La justice ne sera ni plus ni moins clémente envers Patrick et Isabelle Balkany s’ils se présentent au tribunal comme des justiciables ordinaires. En revanche, pour notre ville, cela changerait beaucoup de choses en évitant de dégrader son image et en permettant de recouvrer plusieurs millions d’euros. Puisque Patrick Balkany prétend aimer Levallois et les Levalloisiens, nous attendons cette preuve d’amour : qu’il protège Levallois en renonçant à son mandat de Maire !