Notre tribune d’info Levallois du mois de décembre 2018

Levallois, comme toutes les communes, doit présenter chaque année un rapport de développement durable, obligatoire depuis le Grenelle de l’Environnement, pour faire le bilan sur les actions engagées autour de ces trois dimensions : économique, sociale et environnementale.

Malheureusement, dans notre ville, les rapports se suivent et se ressemblent. Sur la forme, les titres restent presque invariablement les mêmes, et sur le fond, ils constituent toujours une espèce de « propagande verte » qui tente de valoriser quelques actions éparses dont seule l’élue en charge semble croire qu’elles sont animées par une quelconque cohérence… et alors même que l’attitude du Maire lors de chacune de ses interventions manifeste combien il considère ces actions comme des gadgets !

Illustration par ce que l’on peut lire (ou pas !) dans ce rapport et surtout que l’on doit analyser avec un peu de sens civique qui ne se départit pas d’esprit critique :
– mobilité écoresponsable et transports verts : on se réjouit de 30 bornes de recharge électrique sur 8.000 places de stationnement sous-terrain alors que cela fait moins de 1% tandis que le marché des véhicules électrique augmente de 40% ! Et que penser du peu de pistes cyclables ? Et bien sûr rien sur notre proposition de Plan Local de Déplacement (ils n’allaient pas faire cette concession à l’opposition…).
– chauffage urbain : on nous vante un outil précurseur dont le prix augmente pourtant chaque année alors que Levallois a déjà le tarif le plus élevé de la Région !
– en revanche pas grand-chose sur la rénovation thermique des équipements publics qui devrait être une priorité ; et qu’en est-il de l’évolution du bilan carbone de la ville depuis 2014 ?
– et si peu sur la préservation du patrimoine architectural de la ville… nous vous laissons deviner pourquoi !

Pour la ville de Montréal, référence parmi les collectivités territoriales, mais aussi chez nos voisins de Neuilly ou Courbevoie, on suit, dans chaque chapitre de ces rapports sur le développement durable, des objectifs et des indicateurs précis. Il s’agit d’une véritable évaluation et non d’une simple communication ; avec ces outils, les décideurs locaux se donnent une véritable capacité à se questionner et donc à s’améliorer et l’assument en toute transparence envers leurs concitoyens. Pourquoi n’est-ce pas le cas pour Levallois ?

Nous avons proposé au Maire deux actions concrètes, faciles à mettre en œuvre :
– que Levallois rejoigne le Club des Villes Durables, car en partageant ses travaux nous éviterons d’avoir à nouveau un coup de retard ;
– que la majorité fasse participer l’opposition à la rédaction du prochain Rapport Développement Durable dans un esprit constructif. Faut-il rappeler que dans COP 21, il s’agit de « Cooperation Of the Parties » ?
Les propositions existent, il suffit d’accepter d’en discuter et de faire le pari de l’intelligence collective !