Les vacances de février viennent de commencer. Pause bienvenue
pour ceux qui en profitent dans un début d’année agité, toujours marqué par les
mouvements sociaux et les grèves interminables. C’est aussi une (légère) pause
dans la campagne municipale qui bat son plein depuis un mois.

Moment clé de notre système démocratique, les élections, surtout les municipales où l’on désigne l’élu de proximité par excellence, sont (ou devraient être…) le débat où se confrontent idées et programmes avec arguments et échanges sereins. A
Levallois, c’est désormais presque le cas : l’avenir de notre ville a pris le pas sur les problèmes
individuels et nous savons que, quel que soit le choix des Levalloisiens, nous allons élire un nouveau Maire dans un peu plus d’un
mois.

Disons simplement que
l’idéal, pour un débat honnête et apaisé, serait que chacun
soit lui-même, ne renie ni son origine, ni son identité et n’utilise pas
les moyens de tous au profit d’un seul. On voit aujourd’hui, par
exemple, des néo-convertis qui se drapent de probité candide ou trouvent des
bras accueillants pour se refaire une virginité. Un oubli sélectif fort
opportun leur permet ainsi d’afficher une conviction
toute neuve avec le même aplomb que la précédente !

En effet,
derrière les apparences de la nouveauté, ce sont les mêmes anciennes et
déplorables pratiques qui refont leur apparition. Chassez le naturel, il
revient au galop… Et donc encore une fois, la démocratie est déviée de son cours ; car la règle est qu’une municipalité
ne peut pas lancer de projet majeur dans les six mois
qui précèdent une élection. Aussi, annoncer dans Info Levallois de janvier un
projet de démolition de la tour Barbusse et présenter un photomontage grossier d’une
future halle tout en prévoyant le lancement d’un
concours d’architectes est simplement se moquer du monde ! Il s’agit du cœur de
notre ville, il appartient à tous les Levalloisiens et ce débat ne peut être confondu avec celui de
l’élection. Surtout si un candidat accapare les moyens de la ville. Les habitants de la tour sont concernés au
premier chef, les commerçants alentour souffrent et tous les Levalloisiens s’y intéressent au-delà des
clivages ; c’est donc bien un sujet sur
lequel la désinvolture ou la manipulation politique
ne sauraient être de mise. D’autres projets vont être présentés puis discutés et amendés ; aussi une municipalité sortante ne peut lancer le sien avec une pseudo-consultation
à la veille de l’élection.

Ce projet nous tient tous à
cœur et il doit être partagé autrement. La concertation et la participation des citoyens telles que nous les concevons et l’ambition que nous avons pour Levallois et son cœur de ville se situent heureusement à un autre niveau. Les vraies propositions pour
l’avenir de notre commune ne se trouvent pas sous la plume qui est encore officielle. Demain vous appartient.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.