Ils sont trois à prétendre à l’investiture LR pour prendre le siège de député de Patrick Balkany dans la 5e circonscription des Hauts-de-Seine (Clichy-Levallois).
Il y a l’adjoint du maire de Levallois et successeur désigné d’office, François-Xavier Bieuville. L’opposant de toujours et conseiller départemental, Arnaud de Courson. Et enfin Loïc Leprince-Ringuet, l’éternel candidat. Mais pour l’instant, les équipes de François Fillon sont incapables de se mettre d’accord. Il semble néanmoins peu plausible qu’ils investissent un « trop » proche de Patrick Balkany, l’objectif étant selon un cadre du parti « de créer une rupture avec le passé ». Mais pas forcément au point d’investir l’opposant local, recalé à plusieurs reprises aux portes du parti. « On ne peut pas reprocher à de Courson de ne pas avoir sa carte alors que c’est nous qui lui avons systématiquement refusé », tempère un parlementaire LR.
Dans ce contexte, la commission nationale d’investiture (CNI) se réunissait la semaine dernière pour trancher notamment le cas de cette épineuse circonscription. Un arbitrage dans un premier temps favorable au filloniste Loïc Leprince-Ringuet, qui remplit les conditions d’une candidature consensuelle. Mais son investiture a finalement été retirée in extremis de l’ordre du jour. En cause, le sondage de notoriété commandé il y a quelques semaines. Selon nos informations, Arnaud de Courson arriverait en tête s’il était investi. Et sans étiquette -puisqu’il a annoncé qu’il se présenterait de toute façon- il serait au coude à coude avec Leprince Ringuet investi LR. De quoi faire réfléchir les membres de la CNI…

Sauf qu’il y a urgence aujourd’hui. Car Arnaud de Courson et François-Xavier Bieuville sont déjà en campagne et investissent un peu plus le terrain chaque jour. Patrick Balkany emmène partout celui qu’il présente comme son successeur. Et le député sortant a même envoyé une lettre à tous les habitants dans laquelle le nom de son dauphin est cité et surligné en gras 13 fois ! « Qu’ils investissent monsieur 10 %, tacle François-Xavier Bieuville en parlant de Loïc Leprince-Ringuet, qui avait fait 9,76 % aux législatives de 2012. Je serai candidat quelle que soit la décision de la CNI. »
Dans cette configuration, avec trois candidats de droite, Loïc Leprince-Ringuet risque fort de se retrouver en embuscade entre les pro et les anti-Balkany à Levallois. Quant à Clichy, les élus de la majorité et les militants sont passablement agacés d’être considérés comme quantité négligeable. Certes la ville ne compte que 31 000 électeurs, contre 42 000 à Levallois. Mais c’est bien là que pourrait se jouer le vote. Avec une tendance favorable à Arnaud de Courson. Certains adjoints au maire (LR) Rémi Muzeau réfléchissent également à se lancer dans la bataille avec une candidature « clichoise pour Clichy ». « Il n’y a aucune chance que la circonscription bascule à gauche, et dans ces conditions, la droite s’autorise la division et la dispersion », déplore un cadre LR des Hauts-de-Seine.

Laisser un commentaire