L’enjeu pour la gestion d’une ville, c’est d’abord la qualité du service rendue aux citoyens. Mais pour l’assurer durablement, il est nécessaire d’optimiser tant les dépenses que les rentrées budgétaires. Nous avons présenté dans notre dernière tribune des mesures, inspirées du rapport de la chambre régionale des comptes, pour diminuer et régulariser certaines dépenses municipales. Ce mois-ci, nous revenons sur des propositions faites pour générer plus de recettes.

Nous l’avons déjà relevé, soit au Conseil municipal, soit dans ces colonnes : l’immobilier levalloisien peut être une source de revenus pour la ville. Le principe pour toute cession immobilière par une collectivité publique est de se référer au prix des domaines, c’est-à-dire les servies des finances publiques, pour déterminer un prix de référence. Mais il s’agit d’un prix minimum ; rien n’empêch e de vendre au prix du marché. C’est même un objectif plutôt sain que de chercher ainsi à maximiser les recettes.

Nous avons évalué tous les biens vendus depuis le début de la mandature : au total, la ville aurait pu obtenir 20 millions d’euros supplémentaires par rapport aux 60 millions récupérés, simplement en faisant un appel au mieux disant. Cela correspond à peu près au montant de la taxe de balayage sur 4 ans et qui aurait pu être restitué aux Levalloisiens. Ce n’est pas négligeable et c’est cela à nos yeux la bonne gestion : la maximisation des prix de cession au bénéfice de tous les Levalloisiens.

Le dernier exemple en date est celui des immeubles de la rue Antonin Raynaud. Leur cession a été inscrite au budget 2018 pour un montant de 30 millions ; et dans la délibération du dernier Conseil de février, il nous été proposé de retenir cette cession pour un montant de 10 millions. C’est un sérieux écart qui pourrait conduire à parler d’insincérité sur le budget et de mauvaise information de l’assemblée délibérante.

Sur le fond, le sujet est un peu différent car il s’agit là de permettre aux actuels locataires de devenir propriétaires. Bien évidemment nous sommes favorables à l’accession sociale à la propriété, contrairement à ce que le Maire a essayé de faire croire avec son habituelle rhétorique de l’amalgame qui ne trompe plus que son cercle de groupies qui va sans cesse en se réduisant. Là où l’on peut dire qu’il y a mauvaise gestion, c’est que la ville précipite cette vente alors qu’il fallait attendre seulement 5 ans pour devenir pleinement propriétaire de tous les appartements. Du coup, c’est Levallois Habitat qui va acquérir le terrain auprès de la Ville et gérer ensuite le processus d’accession sociale à la propriété. Peut-être que cette précipitation à faire rentrer précipitamment de l’argent dans les caisses, même si c’est un montant moindre que prévu dissimule de nouvelles mauvaises surprises ? Nous continuerons à rester vigilants au Conseil Municipal.

Groupe « Levalloisiens – Renouveau de la Droite et du Centre »
Arnaud de Courson, Frédérique Collet, Stéphane Geffrier, Catherine Vaudevire, Rodolphe Dugon et Séverine Lévy.
PERMANENCE : 36, rue Edouard Vaillant à Levallois.
Pour nous contacter : 07 61 77 92 92 ou levalloisiens@gmail.com et surtout www.levalloisiens.fr